Le préposé vient nous prendre les amarres, ponton flottant et catway, le grand confort pour moins de 10 €/jour, tout compris. Pour la toulousaine que je suis, le bassin de plaisance Lympia évoque la place du Capitole, en plus grand et avec de l'eau et des bateaux au milieu : de forme carrée, il est bordé d'immeubles du XIXe à quatre ou cinq étages sur un rez-de-chaussée en arcades qui abritent boutiques et restaurants. Les façades colorées avec des volets en bois à jalousies sont cependant caractéristiques de la région.

Comme dans tous les ports de la Côte d'Azur, les méga-yachts à moteur battant pavillon étranger occupent la majeure partie des quais, une demi-douzaine de pontons flottants sont réservés aux plaisanciers plus modestes.

Détail important : les sanitaires accessibles par carte magnétique individuelle sont un modèle du genre. Rien moins qu'une salle de bains de 2x2m avec WC, douche à l'italienne munie d'un robinet thermostatique, grand lavabo, grand miroir, prise 120/240 V, séchoir à cheveux et un grand radiateur mural sèche-serviettes qui maintient une température d'environ 25°C... Quel pied ! Il y a plusieurs blocs sanitaires de 4 unités individuelles tout autour du port. Bravo !

Dernièrement sur internet, un vieux copain du temps de la construction de L'Oustal (ketch acier Flot 40), m'a contactée et nous sommes convenus de nous retrouver ici. Il arrive au soir avec son Flores Nunky, coque acier bleue bien propre. Vingt-huit ans que nous ne nous sommes pas vus : « t'as pas changé, toi non plus, » mentons-nous chacun notre tour, mais l'oeil pétille toujours ! Bonne soirée pizza, on essaie de se souvenir d'autres copains perdus de vue, le cap'tain baille... heureusement ils trouvent un sujet de conversation : les moteurs de voiliers, sujet inépuisable pour les marins mâles !

Le lendemain, visite au Musée Matisse, sur la colline de Cimiez, quartier résidentiel : instructif pour qui s'intéresse au parcours d'un peintre, mais qui m'a laissée sur ma faim, car il présente peu d'oeuvres de cet inventeur du fauvisme. La grande majorité de ses toiles sont dans les grands musées du monde et non à Nice, où il a passé la dernière partie de sa longue vie : il est enterré dans le cimetière de Cimiez.

Quant au Musée de la Marine que nous comptions aller voir aussi, il n'existe plus depuis plusieurs années, paraît-il. Je n'ai pas approfondi.

En revanche, la balade sur la colline du château, qui sépare le port de la promenade des Anglais, est très agréable par beau temps : vue magnifique jusqu'au cap d'Antibes. Ascenseur et petit train touristique pour qui ne peut ou ne veut pas trop marcher.

Il faudrait passer un mois à Nice pour faire le tour de toutes les attractions de cette grande ville, pourquoi pas l'hiver prochain ? Il y a comme à Cannes un tarif + 29 jours payable d'avance qui ramène le prix par jour hors saison à 8 € pour un bateau entre 8 et 9 m. Seul bémol à tous ces avantages : la connexion internet gratuite du port fonctionne mal, de façon aléatoire. Nice, Ponton B

Nice, bassin de plaisance Lympia, ponton B

Rangements d'arrivée

Rangements d'arrivée

Le copain Nunky

Le copain Nunky, Flores de Van de Wiele

Le péchou et les mega-yachts

Le péchou et les mega-yachts

L'avant-port de Nice

L'avant-port de Nice, vu de la colline du Château

Au fond du port, le bassin Lympia

Au fond du port, le bassin Lympia archi plein

Les toits du vieux Nice

Les toits du vieux Nice

Musée Matisse

Le musée Matisse

La grande plage

La grande plage et la promenade des Anglais

Sur la colline du Château

Sur la colline du Château, site antique en ruines

Mosaïque de galets

Mosaïque de galets

Ulysse

Heureux qui comme Ulysse...

Chouette

Repos en chouette compagnie

Escalier vers le port

Escalier vers le port